18 février 2013

Twelve days

Ce livre n'est pas vraiment d'actualité. Je sais.
Il parle de Noël. Je sais.

Mais parfois les hasards du calendrier font qu'on ne décide pas de tout. Et puis c'est un bon livre à lire pendant l'hiver et je n'arriverai pas à me retenir jusqu'à l'année prochaine.

Mrs. Miracle a été chroniqué par Chi-Chi au beau milieu du printemps. Alors si j'ai l'aval implicite de la maîtresse de l'étiquette, je peux bien vous parler de Twelve Days de Teresa Hill (sur recommandation de Pirouette, commentatrice émérite de ce blog, et grande spécialiste des questions britanniques).

Sam et Rachel sont mariés depuis plus de 10 ans. Mais des problèmes sérieux de couple les ont éloignés. Le couple voulait des enfants, mais après des années de tentatives infructueuses, ils ont finalement renoncé à avoir un enfant "biologique" et se sont tournés vers l'accueil d'enfants aux familles "perturbées". Or après plusieurs années idylliques en compagnie d'un petit garçon parfait, ce dernier le leur a été repris ce qui a totalement brisé Rachel et l'a plongée dans une dépression assez ardue. Sam a pris de la distance. Et alors que Noël arrive, Rachel le surprend en train d'organiser son départ.

Entre alors en scène la tante de Rachel, travailleuse sociale de son état. Elle se présente au domicile du couple avec une ENORME faveur à demander:
Une ado, un petit garcon de 5 ans et un bébé.

Rachel veut dire non. Myriam (la tante) insiste. Rachel dit oui.

Et voilà les trois bambins parachutés dans une maison où le silence régnait.

Malgré la douleur et la peine que leur présence lui procure (elle se fait des flash-back d'avant), et malgré son mariage au bord de l'implosion, elle a décidé de faire en sorte que ce Noël soit le meilleur possible pour ces trois enfants qui clairement ont plus de problèmes qu'elle (qui a une famille aimante, et qui, jusqu'il y a peu, avait un mari aimant aussi).

Sam de son côté, joue le jeu, sans trop vraiment le vouloir. Mais il sait qu'il va partir, et ce n'est que pour quelques jours...

Dans la vraie vie, dès le 28 décembre, Myriam serait passée récupérer les enfants, les aurait placés en foyer/famille en attendant de savoir d'où ils venaient et pourquoi leur mère les avait laissés dans cette chambre d'hôtel ou ils ont été retrouvés (oui, je vous vends du rêve). Sam et Rachel se seraient séparés et la vie aurait continué.

Mais nous sommes en romance.

Le silence dont je vous parlais un peu plus haut, c'est la véritable maladie dont souffre notre couple. Depuis le départ de celui qu'ils considéraient comme leur garçon, ils n'avaient jamais parlé. Rachel s'est drapée dans sa souffrance (normal) et Sam s'est concentré sur le travail, en restant silencieux.

L'arrivée des enfants provoque un déclic chez Rachel, et progressivement la voilà qui recommunique, alors même qu'elle sait que Sam a décidé de partir.

Communication. C'est très souvent cela qui me fait hurler au scandale dans une romance. Trop souvent les auteurs nous imaginent des situations abracadabrantesques. Et encore plus improbable, elles arrivent à faire en sorte que leurs héros les surmontent. 

Moi je veux bien, mais sans communication, point de salut. Même si l'auteur voudrait bien le contraire.
D'ailleurs c'est ce que prouve Teresa ici. Certes, il est fort probable qu'un problème aussi profond que la gestion du deuil dans un couple ne puisse réellement se régler en 12 jours. Mais c'est bien moins improbable que ces situations où les héros finissent ensemble alors qu'ils refusent de se parler sur qui ils sont et ce qu'ils attendent de la vie (non, je ne suis pas frustrée par ce livre dont je ne prononcerai le nom!).

Ainsi, si d'aventure lire un livre en décalé sur le calendrier ne vous fait pas peur, cette romance de réconciliation nous prouve que parfois, parler c'est vraiment la solution à tous les problèmes.

Certes, ils y aura une histoire parallèle avec les enfants. D’où viennent-ils? Qui sont-ils? Et puis il y aura Noël aussi... Mais Sam et Rachel sont au centre, et c'est mieux comme ça.

Toutefois, comme il n'est pas bon de ne faire qu'un tableau parfait. J'ai aimé cette histoire, mais la rencontre m'a manqué. Vous savez le "oh, tiens c'est toi? swoooooonnn"...
Je suis faible, je sais.

Bonne lecture,
Tam-Tam
Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Moi j'aime bien cette parenthèse de Noël au mois de février :) En plus je suis bien tentée, mais c'est le 1er d'une série, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il me semble.
      Mais malgré la qualité du livre et de cette histoire, j'ai envie de plus de pamoison ces derniers temps. Je veux des rencontres et des "tombage dans l'amour"...
      ce qui n'a pas l'air d'etre l'esprit de cette série...

      Supprimer
  2. Argh, T. ! Je viens déjà de me jeter sur la site kobo ! Mais est-ce que c'est une histoire complète ou le début d'une saga ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon ben il était à moins de £2 j'ai craqué... vile tentatrice...

      Supprimer
    2. Et tu l'as lu en 2 secondes!

      Supprimer
  3. Une romance sur le thème des enfants provenant de familles d'accueil est original. Je n'ai encore jamais lu quelque chose ayant un lien avec ce thème. Je l'ai également ajouté à ma longue liste de livres à lire du coup... MERCI T.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahahahaha!!
      nous sommes de sales tentatrices!

      Supprimer
  4. Ou les fameuses histoires où sur une information non donnée, l'auteure fait traîner l'histoire sur 100 pages. Ca m'énerve...
    Il a l'air intéressant comme livre mais il ne me tente pas plus..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha...
      Je te comprends. L'histoire est de qualité, mais le thèùe peut ne pas plaire!

      Supprimer
  5. Hope dans la wish-list... Soon, soon, si je finis mon Kowalski un jour... Soon quoi, je suis à fond là! ;)

    RépondreSupprimer