23 novembre 2012

The Greatest Lover In All England

Lectrices, Lecteurs,

Enchantée (pour ceux qui ne me connaissent pas), me revoilà (pour ceux qui me connaissent et qui sont contents de me lire), c’est désormais moi, Lady D. pour vous servir, qui serai là pour le rendez-vous du vendredi !  Chi-Chi m’a légué sa place pour quelques temps. Vous êtes heureux n’est-ce pas ? Je suis toute chose de l’honneur qui m’est fait, et aussi quelque peu intimidée, donc je vous en prie, soyez indulgent, ne me lancez pas de cailloux !

Je n’ai pas encore de must-read, ni de coup de coeur à partager, donc j’ai choisi pour vous aujourd’hui un livre très appréciable et surtout amusant.

Un titre, une couverture : des éléments essentiels (Tam-Tam l’avait parfaitement démontré). Personnellement, c’est la première raison pour laquelle j’ai ouvert ce bouquin. « The greatest lover in all England », « Le meilleur amant de TOUTE l’Angleterre ». Rien que ça. Je me demande comment cela a été établi. Les amantes se concertent-elle et publient un classement ? Avouez qu’il y a de quoi éveiller notre curiosité ! (Après l’avoir lu, je lui donnerais plus le titre du plus grand chaud lapin de l’Angleterre, mais ce n’est que mon avis.) Quant à la couverture, que pensez-vous de cette chemise ouverte qui laisse entrevoir un torse bien musclé, les longs cheveux au vent, le regard de braise, le collant pourpre quelque peu moulant (mais qui laisse entier le mystère sur la zone dont je tairais le nom) (ne vous inquiétez pas chères lectrices, ou lecteurs d’ailleurs, le mystère ne dure pas bien longtemps), une épée attachée à la taille (un valeureux guerrier comme on les aime?) ? De quoi donner l’appétit… euh, susciter notre intérêt plutôt ! Mais assez dit sur l’emballage, ce n’est pas vraiment l’objet de cet article !

Dans ce roman Christina Dodd nous conte l’histoire de Rosencratz et d’Anthony Rycliffe.

Rosencratz donc, ou Rosie pour les intimes, est une orpheline. Elle a été recueillie par Danny Plympton, son père adoptif en quelque sorte, comédien de profession et de cœur, et suit sa troupe, à la réputation pour le moins pas très respectable, depuis son plus jeune âge où elle se fait passer pour un jeune garçon interprétant des rôles de femme. Cela vous rappelle aussi à Shakespeare in love ? Ici, pas de Joseph Fienne ni de Ginette Paltrow (comme l’appelle ma mère) mais des personnages pas moins attachants ! Et si les membres de la troupe ont des soupçons sur ce soit disant garçon qui n’a toujours pas atteint la puberté après toutes ces années, ils n’en laissent rien paraître. Le secret est bien gardé jusqu’à…

L’entrée en scène d’Anthony Rycliffe. En effet, lorsque Danny se met en danger et que lui et sa troupe se voit obligés de fuir Londres pour se réfugier sur les terres de ce dernier, Tony, lui, le devine au premier coup d’œil! Et bien entendu, avec l’attirance irréfrénable qu’il éprouve pour elle au premier regard (quand je vous dis chaud lapin…), il va s’évertuer à faire tomber les masques.
Notre héros est un homme beau fort, intelligent, sans aucun scrupule, avec un humour et une légèreté qui tracassent (pour ne pas dire qui agacent grandement) ses sœurs. Bref, c’est un héros. Il dirige la garde royale, et c’est la reine elle-même qui lui a légué ce domaine dont la famille propriétaire a disparu sans laisser d’héritier… 

Or les ennuis ne vont pas tarder à arriver… Entre des histoires de complot contre la reine, des tentatives de meurtre, un héritage retrouvé, l’action bat son plein et ce roman est un vrai délice, parsemé de petites phrases géniales que je rentrerai bien dans mon classement des TOP 10 des phrases cultes. Mais n’ayez crainte, même s’il me démange de vous en glisser quelques-unes ici, je ne vous spoilerai rien et vous laisse le plaisir de les découvrir par vous-même !

Si votre envie est de passer un agréable moment de détente, ce livre correspondra tout à fait à vos attentes !

Bonne lecture,

Lady D.
Rendez-vous sur Hellocoton !

14 commentaires:

  1. Coucou superbe article et sur Cristina Dodd en plus, j'adore.
    C'est hélas un auteur peu traduit en vf mais vraiment réjouissant. Ces livres sont bourrés de drôlerie et de légèreté. C'est fou je ne l'ai pas lu celui-là! Comme quoi, pas de chichi mais des envies d'extension de porte monnaie... Scrogneugneu... LOL

    Ai-je dit que les livres en VO sont très faciles à lire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :). C'était mon premier roman de cette auteur, et il ne présage que du bon pour la suite!
      Lady D.

      Supprimer
  2. Roohh, je voudrais encadrer la couverture!

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette critique Lady D !!!!

    RépondreSupprimer
  4. Mais je veux trop lire un livre avec un titre pareil!
    je suis fan des titres qui se veulent un peu racoleur!!!
    et puis cette couverture....muy macho!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu vas l'avoir bientôt!

      Supprimer
  5. Ouff, je passe pour celui-ci !! J'en ai beaucoup trop en attente et je me méfie des héroïnes qui se déguisent en garçons que personne ne remarque sauf le héros !! J'arrive jamais à y croire ! ^^

    RépondreSupprimer
  6. J'aime ton billet ! Il me semble bien que c'est de la romance pure et dure (pas de jeux de mots hein...) la couverture par contre, pouah quelle horreur ! lol :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Oui, pour cette "première" chronique je n'ai pas pris de risque: de la romance pure et dure comme tu dis!

      Supprimer
  7. LOOOOVEEEEEE il est trop top ton article, tu me fzis de l'ombre! ;)
    J'adore, tu geres les fougeres!

    RépondreSupprimer
  8. graveeee! tu geres les fougeres! mais moi je veux les phrases cultes en vrai (je pense pas lire le livre hihi...)

    RépondreSupprimer